Affaire Dieudonné, belle leçon d’indépendance de la justice

Article : Affaire Dieudonné, belle leçon d’indépendance de la justice
10 janvier 2014

Affaire Dieudonné, belle leçon d’indépendance de la justice

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Dieudonné M’bala M’bala, dit Dieudonné, est un humoriste et acteur célèbre français. Ces dernières semaines il est au cœur de l’actualité en France, pour cause, un bras de fer juridique l’oppose au puissant ministre de l’Intérieur Manuel Valls.

Mais avant, sachez que je ne suis ni pro ni anti-Dieudonné. D’ailleurs, je ne le connaissais pas avant cette affaire. Mais dans ce billet ce qui m’intéresse le plus, c’est le dénouement de ce bras de fer juridique opposant les deux hommes.

L’humoriste Dieudonné avait prévu de faire des tournées pour son dernier spectacle à compter de ce 9 janvier dans plusieurs villes de la France. Ce qui n’est pas du goût de tous à cause de ses prises de position et propos controversés sur des sujets sensibles comme la Shoah.

Et le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a décidé d’empêcher les spectacles de l’humoriste dans le cadre des troubles à l’ordre public en se basant sur des dispositifs juridiques. Manuel Valls estime que l’humoriste tient « des propos antisémites et infamants à l’égard de plusieurs personnalités de confession juive. Et porte des atteintes virulentes et choquantes à la mémoire des victimes de la Shoah ».

Pour cela le ministre a envoyé, lundi une circulaire dite anti-Dieudonné adressée aux préfets indiquant la marche à suivre pour faire interdire le spectacle « Le Mur », dans les villes où il est programmé.

De son côté l’humoriste par la voie de son avocat et de ses fans invoque plutôt sur les lois qui visent aux respects de la liberté d’expression. Ils dénoncent aussi l’acharnement du ministre et le  « deux poids deux mesures » des pouvoirs  publics en matière de liberté d’expression et dans leur combat contre l’antisémitisme et l’islamophobie. Des sujets qui intéressent des jeunes musulmans français, du coup, beaucoup se disent, « si on peut rire du prophète, on peut rire de la  Shoah » .

Mais,  dans l’après-midi du jeudi 9 janvier 2014, c’est le coup tonnerre le tribunal administratif de Nantes annule l’arrêté d’interdiction de son puissant ministre de l’Intérieur Manuel Valls qui ne compte pas s’arrêter là et saisit en urgence le Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative du pays. Son objectif : faire interdire coûte que coûte le spectacle, ce qui à été fait comme vous le savez.

Sur le plan juridique, quelle que soit la suite de cette affaire pour moi, c’est une grande victoire pour l’humoriste Dieudonné qui devient encore plus célèbre, car actuellement il cartonne sur les réseaux sociaux. Mais la décision du tribunal de Nanterre nous montre aussi, nous Africains,  un peu l’indépendance de la justice française.

Pour moi, en tant qu’Africain cette décision est une belle leçon d’indépendance de la justice pour nos systèmes judiciaires ici dans le continent. Cela suscite des interrogations suivantes dont on connaît déjà la réponse.
– Quel tribunal ici en Afrique, mais particulièrement en Côte d’Ivoire peut prendre une décision juridique contraire à son ministre de l’Intérieur ?
– Quel tribunal ici en Côte d’Ivoire peut annuler un arrête d’interdiction du ministre de l’Administration du territoire ?
– Et encore  quel tribunal, quel préfet, quel commissaire, quel maire, etc. peut dire non et non à son ministre de l’Intérieur?

Voilà pour quoi j’aime bien cette citation de notre ami président Barack Obama ici même africain :

“L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, mais d’institutions  fortes”

Comme quoi là-bas en France, il y a des institutions fortes, mais pas des hommes forts comme en Afrique, même si la dernière décision du Conseil d’État fait aussi penser que le ministre de l’Intérieur est un homme fort.
Justement, il faut dire aussi que dans le dénouement de cette affaire le débat sur l’indépendance de la justice se pose toujours avec cette décision juridique d’urgence qui tranche en faveur du gouvernement.

En fait cela me fait penser à la décision rapide du président du Conseil constitutionnel en Côte d’Ivoire qui a  déclenché la crise postélectorale.

Image  Bras de fer entre Manuel Valls et Dieudonné  -Crédit photo leparisien.fr

Partagez

Commentaires

Nora
Répondre

joli article! Merci pour le partage!!

abukm
Répondre

Salut Nora,
Merci bien pour ta contribution à travers ce clin d’œil, c'est important et encourageante.
Pour le partage pas de quoi, c'est ça même le principe du web2.0.
a +++

Emile
Répondre

Les billets de ce type, ça s'appelle la géopolitique et moi je les aime. Mais quoique tes inquitétudes soient fondées quant à la comparaison faite, tu devrais te rassurer parce qu'on arrivera à une société comme-celle-ci.
Amitiés

abukm
Répondre

Oui oui tu as bien vu c'est de la géopolitique, moi aussi je les aime également.
Merci bien pour ta contribution.

Boukari Ouédraogo
Répondre

Bien vue. Cependant,le Conseil d'Etat a t-il été indépendant? C'est la la question que je me pose car sans être pro ou anti Dieudonné comme toi (je ne le connaissais pas), mais j'ai plus l'impression que le conseil s'est laissé prendre par les critiques de la presse