Daech en Syrie et en Irak: pourquoi la coalition militaire est impuissance ?

Article : Daech en Syrie et en Irak: pourquoi la coalition militaire est impuissance ?
14 octobre 2014

Daech en Syrie et en Irak: pourquoi la coalition militaire est impuissance ?

La guerre asymétrique que mène la coalition militaire internationale avec ces alliés et ces ennemis de la région contre Daech (l’État islamique) est loin d’être gagné. Pour la simple raison que ces différents acteurs qui interviennent dans cette lutte ont des intérêts divergents, car chacun joue sa carte.

Pour comprendre cela, faisons un tour d’horizon de cette coalition militaire internationale contre Daech.

– Commençons d’abord par la coalition militaire occidentale emmenée par les États-Unis, en première ligne sur le terrain, et ces alliés, dont la Grand Bretagne, la Belgique, Pays-Bas, Australie, et le Canada …etc. Pour bombarder les positions de Daech en Iraq et en Syrie. Cela en appuis au gouvernement irakien pour sauver dit-on des vies humaines contre ces djihadistes sanguinaires et surtout la démocratie en Iraq.  Sans obliger la France de François Hollande qui à choisi de jouer à la marionnette de l’Amérique d’Obama, alors qu’elle n’a  pas de vrai bonne raisons pour  intervenir.
Sans quoi une victoire de Daech en Iraq est une lourde défaite des Occidentaux, particulièrement la politique des USA de ces dernières années dans le golf.

– Cette coalition internationale a reçu le soutien de cinq pays arabes de la région notamment le Qatar, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Bahreïn et la Jordanie, qui participent aussi à cette lutte contre Daech. Chose étonnante ! Quand on sait que naturellement ces pays (sunnites) soutiennent tous ce groupe jihadiste, au non d’un leadership régional qui les oppose aux Shiites.

– En suite à l’opposée les ennemis de la région de cette coalition militaire occidentale qui sont la Syrie, l’Iran et le Hezbola libanais en majorité Shiites qui eux aussi luttent contre cette même jihadiste Daech. Au non de ce même leadership régional qui les oppose aux sunnites.

– De l’autre coté on la Turquie qui fait normalement partie de cette coalition internationale. Mais refuse d’intervenir à la ville frontalière de Kobané théâtre guérilla urbaine entre jihadiste et Kurde. Même avec l’autorisation du parlement le gouvernement pose des conditions préalables. Au non d’un calcule politique politicien qui laisse entendre que lutter contre Daech c’est aider davantage les séparatistes kurdes du PKK (considérer comme des terroristes qui sont opposés au gouvernement d’Ankara).

coalition-militaire-internationale contre-Daech

Comme vous le constatez toutes, ces forces citées ci-dessus prétendent toutes lutter pour l’éradication de Daech dans cette zone. Alors que les frappes aériennes restent inefficaces. Pendant ce temps sur le terrain les djihadistes de Daech continuent de gagner du terrain en Syrie et en Iraq.

Face à cela la Syrie de Bachar a par exemple demandé à la coalition militaire occidentale de coopérer avec le gouvernement de Damas pour éradiquer efficacement les djihadistes de Daech dans la région. Ce qui a été catégoriquement rejeté par les États-Unis et la France, comme quoi « l’ennemi de mon ennemi n’est pas forcement mon allié ». Alors que la coalition ne veut toujours pas envoyer des troupes au sol.

Je ne sais pas, mais si la solution de l’éradication de Daech peut passer par la l’Iran, la Syrie et leur allié du Hezbollah libanais. Pourquoi la coalition internationale refuse de coopérer ? Ne dit-on pas qu’entre deux maux on choisit le moindre mal.

Au regard de tout cela je me dis « trop de géopolitique tue la géopolitique dans cette guerre asymétrique ». Si chacun préfère jouer sa carte en fonction de ces intérêts, cela ne profite qu’aux djihadistes de Daech. Alors il ne sera donc pas étonnant si la ville kurde de kobané qui défraie la chronique de l’actualité tombe dans la main des djihadistes.

–Image prise  à partir d’une vidéo de propagande diffusée par l’EI, le 11 juin 2014, et montrant un groupe de combattants réunis dans la province de Ninive en Irak.  source afp.com

Partagez

Commentaires