Top 10 des expressions nouchi les plus usuelles dans le transport routier

Article : Top 10 des expressions nouchi les plus usuelles dans le transport routier
21 avril 2014

Top 10 des expressions nouchi les plus usuelles dans le transport routier

Comme vous le savez certainement, le nouchi (poil de nez en langue malinké) est l’une des langues spécifique les plus parlées ici au pays des éléphants (Côte d’Ivoire). Cette langue née dans les ghettos abidjanais s’impose aujourd’hui à une grande majorité de la population urbaine, mais particulièrement dans certains lieux ou secteurs d’activité comme le transport routier et le commerce (marché).

Pour cela il y a des expressions nouchi propres à chaque lieu ou secteur d’activité. De façon plus globale, vous trouverez ici le 10 des expressions nouchi les plus usuelles  sélectionnées par Bamba Moussa.
Mais dans ce billet il sera question des expressions nouchi propres au secteur du transport routier ivoirien ou cette langue spécifique gagne du terrain au jour le jour au profit de la langue de Molière.

Pourquoi le secteur du transport routier ? 

Slogan du centre d’alphabétisation des transporteurs à la gare routière d'Adjamé (Abidjan)
Slogan du centre d’alphabétisation des transporteurs à la gare routière d’Adjamé (Abidjan)

En Côte d’Ivoire, l’activité du transport routier à la particularité perpétuelle de la course effrénée contre la montre. En fait le conducteur et son  aide appelé couramment ‘apprenti’, et l’ensemble des acteurs de ce secteur utilisent cette langue spécifique selon les objectifs suivants :

.-soit pour êtres mieux compris de tous, ce qui n’est pas mal du tout dans un pays qui compte 60 ethnies différentes. En plus tout le monde ne parle pas le bon français, donc il peut y avoir des incompréhensions de part et d’autre.  Dans ce cas le nouchi est utilisé ici comme une langue intermédiaire ou une sorte d’alternatif à la langue française.

-soit pour ne pas retenir l’attention des usagers ou passagers, dans ce cas ici le nouchi est utilisé comme un code, c’est-à-dire un langage crypté pour parler de certaines choses entre collègues du secteur.

-Mais en réalité de façon générale, c’est pour masquer leur analphabétisme, car ce secteur du transport routier compte au moins 85 % d’analphabètes. Il faut signaler que des efforts sont faits par l’Etat et la société civile avec la mise en place d’un centre d’apprentissage gratuit de la langue de Molière en pleine gare routière en vue de réduire ce taux d’analphabétisme dans le pays.

Malheureusement ces efforts se heurtent à la résistance du développement de cette langue intermédiaire. En collaboration avec la Coordination des gares routières de Côte d’Ivoire (CNGRCI), je vous présente ici le top 10 des ‘expressions’ nouchi les plus usuelles dans le secteur du transport routier ivoirien, surtout dans les gares routières d’Abidjan particulièrement dans les quartiers populaires comme Adjamé, Abobo, Yopugon et Treichville .

1  – Gbaka : Mini-car de transport  en commun abidjanais 18places

2  – Woyo : Taxi compteur

3  – Wôro-wôro / waren: taxi communal

4 – Banalisé : Véhicule personnel pratiquant la concurrence déloyale

5  – Môgô : Personne – passager – client

6  – Frappeur : Chauffeur / Conducteur

7  – Balanceur : Apprenti  (Aide du conducteur)

8  – Djoulatchè : Propriétaire du véhicule

9  – Chawo : Chef – Patron

10 – Gnambro : Chargeur à la criée, Pseudo syndicaliste véritable racketteur

11 – Vié père : Homme respecté

12  – Guichet : Véhicule rempli de passagers

13  – Faut lancer : Démarrer

14  – Caba caba : Vite vite

15  – Ça gbra : Un passager descend

16  – Bouda bouda : Mini bus de transport commun de 30 places en mauvais état.

17  – Pierre : L’argent

18  – Décrou pierre : Sortir/donner l’argent

19  – Lahan : L’argent

20  – Rangba : Demi-tour

21 – Dédja : Ouvrir

22 – Sciencer : Réfléchir

Pour ceux ou celles qui veulent venir en Côte d’Ivoire cette langue spécifique se révèle très souvent utile pour mieux échanger et se faire comprendre avec les acteurs du transport routier urbain et interurbain.  Comme quoi ici au pays parfois nous on parle ivoirien (nouchi) dans le transport routier.

Partagez

Commentaires

Behem
Répondre

Merci Abou pour ce beau billet

Abukm
Répondre

Merci bien pour le clin d’œil, ça fait vraiment plaisir!

eli
Répondre

Merci abukm pour le cours de nouchi. Je crois que je n'aurai pas de problème avec le terme "caba caba" puisque bizarrement le sens est similaire au sud du Togo.

abukm
Répondre

Oui oui justement c'est un langue qui est basé sur la langue française et un mélange général de toutes les langues local de l'Afrique de l'ouest presque mais particulièrement le Malinké/Bambara une langue africaine parlée au Sénégal, en Mauritanie, au Mali, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, en Guinée, …

Merci bien Eli pour votre contribution.

abukm
Répondre

Oui oui justement c'est un langue qui est basé sur la langue française et un mélange général de toutes les langues local de l'Afrique de l'ouest presque mais particulièrement le Malinké/Bambara une langue africaine parlée au Sénégal, en Mauritanie, au Mali, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, en Guinée, …

Merci bien Eli pour votre contribution.

Julien DEMBELE
Répondre

Merci, merci ; mon vocabulaire nouchi s'aggrandi !

abukm
Répondre

Merci bien Julien on ne manquera pas de partager avec vous l’évolution de cette langue spécifique qui fait aussi la particularité de notre pays qui est une sorte de carrefour ici en Afrique de l'ouest.