abukm

FINTECH CHALLENGE: comment mettre les startups d’innovation au service de la Banque

Le Groupe Banque Centrale Populaire (BCP) a procédé, ce vendredi 23 novembre à Abidjan, au lancement officiel de la première édition de son Fintech Challenge, un programme d’innovation ouvert aux Start-Up d’Afrique et d’ailleurs. A la clé de ce projet inédit, un partenariat durable et mutuellement bénéfique entre le groupe et les jeunes entreprises les plus prometteuses.

A l’ordre du jour de cet événement, une conférence-débat sur le thème « Banques – Start-Up : quels modèles de collaboration, pour quels impacts ? », tenue en présence de plusieurs membres du gouvernement dont Mme Raymonde GOUDOU COFFIE, Ministre de la Modernisation de l’Administration et de l’Innovation du Service Public, M. Souleymane DIARRASSOUBA, Ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME, M. Claude Isaac DE, Ministre de l’Economie Numérique et de la Poste ainsi que de S.E.M. Abdelmalek KETTANI, Ambassadeur du Royaume du Maroc en Côte d’Ivoire. Cette conférence a connu la participation de plusieurs panélistes de renommée internationale : Cabinet de stratégie, Expert en digital, Incubateur, Start-Up… Des interventions de grande qualité qui ont donné lieu à des conclusions aussi riches que complémentaires.

Le programme Fintech Challenge intervient en pleine transformation du groupe BCP, qui vise à offrir à ses clients un meilleur accès à ses services ainsi qu’une plus grande valeur ajoutée.

En effet, dans un monde caractérisé par une évolution rapide des usages et des attentes, l’innovation est devenue le maître-mot. « Le groupe BCP connaît actuellement une réelle transformation, qui vise notamment à optimiser l’expérience client, dans laquelle le digital joue un rôle majeur. Afin d’accompagner cette dynamique, la nourrir et l’accélérer, notre groupe a décidé de s’ouvrir aux sources d’innovation externes, en particulier les Start-Up, afin de co-concevoir avec elles et déployer des solutions agiles et à fort impact, permettant de mieux répondre aux nouveaux besoins préalablement identifiés en relation avec les métiers », explique M. Kamal MOKDAD, Directeur Général du groupe BCP, en charge de l’International.

Dans la perspective de ce partenariat prometteur, le groupe BCP a lancé un appel à candidatures sur www.bcpfintech.com. Les Start-Up sélectionnées à l’issue de cet appel – qui reste ouvert jusqu’au 23 décembre 2018 – auront la possibilité de signer un contrat de collaboration avec la BCP et/ou ses filiales Banque Atlantique, et d’avoir ainsi une occasion privilégiée de donner un coup d’accélérateur à leurs activités et à leur croissance.

Pour rappel, le groupe BCP compte déjà des partenariats fructueux avec plusieurs Start-Up. D’autres, notamment dans le domaine du mobile payment, sont en cours de concrétisation.


Qui est M. Jean-Louis MOULOT, le nouveau maire de la ville historique de Grand-Bassam

Qui est  M. Jean-Louis MOULOT, celui qui est devenu le nouveau maire de la Ville historique de Grand-Bassam. Parce qu’il semble être l’un des tout nouveaux maires élus que beaucoup ne connaissent pas bien encore. Alors qu’il n’est vraiment nouveau sur la Seine politique ivoirienne.

-Jean-Louis MOULOT est titulaire d’un bachelor en Sciences Politiques (Université du Québec à Montréal) et d’un master en Aménagement du territoire et développement local (Université Laval, Québec).

-Il a débuté sa carrière en 1998 au Bureau National d’Etudes Techniques et de Développement (BNETD) et a, par la suite, servi au Ministère du Plan, avec Monsieur Tidjane THIAM, à la Primature avec le Premier Ministre Seydou DIARRA, puis le Premier Ministre Pascal Affi N’GUESSAN.

-Il a ensuite intégré le staff du Directeur Général du BNETD Ahoua Don MELLO.Après cette expérience, il a intégré le Cabinet du Ministre de la Construction, Monsieur Marcel AMON-TANOH où il a occupé les fonctions successives de Conseiller du Ministre, puis de Conseiller Principal chargé de la coordination d’une équipe de sept (7) Conseillers, avant d’être nommé Directeur de Cabinet Adjoint du même Ministère.

-Par la suite, il a réintégré le Bureau National d’Etudes Techniques et de Développement (BNETD) en qualité de Conseiller du Directeur Général chargé du Développement des Pôles Urbains, avant d’être appelé au Cabinet de Monsieur le Président de la République.

-Dans cette prestigieuse institution, il a successivement été Conseiller du Directeur de Cabinet, Conseiller auprès du Président de la République, avant d’être nommé Directeur de Cabinet Adjoint et Conseiller Spécial du Président de la République.

-Au plan politique, Jean-Louis MOULOT a été élu Député Suppléant en 2012, mandat qu’il a assumé jusqu’en 2017. Et plus récemment il a été élu en 2013, 3ème Vice-Président du Conseil Régional du Sud Comoé aux côtés du Ministre Eugène AKA AOUELE. Mandat qu’il assurera jusqu’au 13 octobre 2018.

-Ce 13 octobre 2018 à l’issue de l’élection législative à Grand Bassam, M. Jean-Louis MOULOT candidat du RHDP est déclaré gagnant par la CEI. Il devient ainsi le tout nouveau maire de la ville historique de Grand Bassam.

-Pour d’autre détailles M. Jean-Louis MOULOT est par ailleurs Officier de l’Ordre National de Côte d’Ivoire, Ambassadeur du Musée National du Costume de Grand-Bassam et Ambassadeur de la ville historique de Grand-Bassam. Jean-Louis MOULOT est marié et père de 5 enfants.


MeetUp UNBCI – CAIDP : l’accès aux informations publics, un moyen de contrôle citoyen

Ce samedi 1er juillet 2017, c’est la Commission d’accès à l’information d’intérêt public et aux documents publics (CAIDP) qui était présent au meetup (rencontre d’échanges) de L’ UNBCI – Union Nationale des Blogueurs de Côte d’Ivoire.

C’était dans le somptueux restaurant le Solarino des II plateaux Cocody Abidjan sur la thématique de l’accès à l’information et aux documentations publics, un moyen de contrôle citoyen. Avec pour objectif d’informer et former les blogueurs et les journalistes-blogueurs sur les enjeux de l’accès à l’information à l’ère du numérique. Mais aussi la procédure d’accès aux informations d’intérêts publics, et aux documents publics en Côte d’Ivoire.

Le rôle de la CAIDP

La CAIDP – Commission d’Accès à l’Information d’intérêt public et aux Documents publics en Côte d’Ivoire est une cellule indépendante dans le bon sens du terme qui permet aux populations d’avoir accès aux informations d’intérêts publics et aux documents publics.

Le droit à l’information est un droit fondamental

Selon le Directeur juridique de la CAIDP la constitution ivoirienne, en son article 18, stipule que  » les citoyens ont droit à l’information et à l’accès aux documents publics » et la loi n°2013-867 du 23 décembre 2013 relative à l’accès à l’information d’intérêt public, en établit les conditions.

Pour cela les populations ont le droit de faire des demandes d’accès aux informations d’intérêts publics, et aux documents publics en Côte d’Ivoire. Concernant la vulgarisation de cette loi sur l’accès à l’information publique, elle doit passer par une implication de tous particulièrement les journalistes et les blogueurs en particulier.

L’importance d’avoir accès aux informations d’intérêts publiques, et aux documents publics

MeetUp UNBCI - CAIDP l'accès aux l'informations publics, un moyen de contrôle citoyen
MeetUp UNBCI – CAIDP l’accès aux l’informations publics, un moyen de contrôle citoyen

D’abord nous sommes dans un monde ou l’information est synonyme de pouvoir dans le sens ou il est même dit que sans information vous n’êtes rien quasiment dans ce monde de plus en plus intelligent et informationnel.

Un citoyen actif est un citoyen très bien informé

L’accès à l’information est primordial pour le développement du citoyen lui-même, pour sa famille, sa communauté, et même son pays. Car sans informations le citoyen ne peut pas améliorer sa vie de tous les jours. Comme on le dit, l’information si elle est utilisée à bon escient peut changer la vie des gens ordinaires.

Comment faire pour avoir accès aux informations publics?

Si tu es un citoyen et que tu n’as pas l’information nécessaire pour exercer ton contrôle citoyen également pour les entreprises et les organismes, alors la CAIDP est présente pour vous. Par exemple si un organisme d’état vous refuse l’accès à l’information d’ordre public, vous pouvez contacter la CAIDP.

Pour avoir accès à l’information et aux documentations d’ordre publics pour le citoyen, il faut formuler une demande part écrite selon le modèle ci-dessous.

MeetUp UNBCI - CAIDP l'accès aux l'informations publics, un moyen de contrôle citoyen
MeetUp UNBCI – CAIDP l’accès aux l’informations publics, un moyen de contrôle citoyen


La mort du guide Libyen Mouammar Kadhafi, 5ans après : et les assassins ?

La mort du guide Libyen Mouammar Kadhafi, (le 20 octobre 2011) 5ans après quel gâchis, encore quel gâchis ! La mort de celui qu’on appelait toujours le colonel  Kadhafi ou encore le chef de la Jamahiriya et guide révolutionnaire restera à jamais gravé dans la mémoire des Africains comme l’un des plus grands complots de la communauté internationale. Et chose grave encore elle s’est appuyée l’ONU pour exécuter un agenda caché.

Le peuple libyen avait-il vraiment soif de démocratie ?

Ils ont voulu finir avec le guide libyen pour de bon. Le résultat est là, ils ont fini avec lui, criant sur les tous les toits du monde que : le peuple libyen a soif de démocratie, a besoin de liberté, de droit de l’homme et de sécurité brève. Mais le résultat est autre 5 ans après, c’est l’instabilité, l’insécurité totale aujourd’hui dans la Libye de Kadhafi qui menace et déstabilise des états dans cette partie du monde. Comme pour paraphraser un chef d’État africain, « ils ont fait le service sans pouvoir assurer le service après-vente ».

La Libye version colonel Kadhafi était encore mieux

Nous remarque tous qu’un dictateur, même violent et intolérant envers son peuple est encore mieux que des groupes armés sans foi ni loi régnante en maître absolu sur un vaste territoire laisser par une absence totale d’états.
Nous nous rappelons encore un jour pendant les bombardements des Occidentaux sur la Libye. Le colonel Kadhafi leur avait bien expliqué qu’il n’est pas président qu’il n’a pas de pouvoir et qu’il était simplement le guide libyen de la Jamahiriya. Mais les occidentaux avec à la tête la France de Nicolas Sarkozy avait leur plan finir avec le guide libyen.

Quand on regarde la Libye d’avant Kadhafi et 5ans après Kadhafi on ne peut dire quel gâchis

Quel gâchis pour la Libye et le peuple libyen
Quel gâchis pour l’Afrique du Nord et subaérien
Quel gâchis pour les pays sahélo-sahéliens
Quel gâchis pour la paix, les droits de l’homme, la liberté, la sécurité, la démocratie dans cette partie de l’Afrique.
Si la paix, la sécurité et la liberté sont bonnes pour les Occidentaux pourquoi pas les autres. Comment peuvent-ils provoquer l’insécurité qui a causé et cause encore des pertes ne vie humaine dans ce parti de l’Afrique.

Par moment on se demande si un grand pays comme la Russie de Vladimir POUTINE n’a pas souvent raison de s’opposer aux Occidentaux dans ce genre d’aventure qui est aussi une menace pour la paix et la sécurité dans le monde. Ce qui se passe en Libye est sans doute le prolongement de ce qui se déroule actuellement en Syrie.

Et les assassins de Muammar Kadhafi et du peuple libyen

Les occidentaux  à savoirs les chefs d’État qui ont fait bombarder le pays de guide et qui ont commandité son assassinat ? Dans les médias le nom de trois chefs d’États revient souvent , Nicolas Sarkozy, David Cameron, Barack Obama,  qui ont trouvé des argument, aux populations de leurs propres pays et trompé le monde entier, en clamant haut et fort : « Kadhafi est un dictateur », « Kadhafi fait tirer sur son peuple », « Kadhafi doit partir »… On se demande encore 5 ans après en ici en Afrique à quand le justice!


Attaque terroriste en Côte d’Ivoire ce que je pense !

Attaque terroriste en Côte d’Ivoire ce que je pense. Comme vous le savez la cité balnéaire de Grand Bassam, ville historique de la Côte d’Ivoire inscrite au patrimoine de l’UNESCO à fait l’objet d’attaque terroriste ce Dimanche 13 2016 mars.

— Ce qu’il faut savoir.

Le terrorisme fait son entrée sur le solivoirienne

C’est la première fois que notre pays la Côte d’Ivoire a été attaqué par des groupes terroristes du nom d’Aqmi. Des groupes qui menaçaient depuis un bon moment (2ans) notre pays. Cela après avoir réussir très récemment des attentas dans deux grandes capitales des pays voisins comme le Mali et le Burkina.
Comme prévu dans leur plan diabolique, ce dimanche 13 mars 2016 nous n’avons pas été surpris d’apprendre via Twitter que ce fût le tour de la Côte d’Ivoire. Mais heureusement cette fois-ci ce n’est pas dans la capitale plutôt dans une cité balnéaire. Selon les autorités le bilan provisoire est : 18 morts, dont 15 civils et 3 membres des forces de l’ordre. Ainsi, le terrorisme fait son entrée sur le sol ivoirien.

Pourquoi un pays comme la Côte d’Ivoire et une ville balnéaire

De façon générale pour ceux connaissent bien la géopolitique dans cette guerre contre du terroriste. La réponse est aussi simple, c’est parce que la France utilise non seulement notre pays la Côte d’Ivoire comme une base arrière, mais aussi pour l’acheminent de la logistique de ces troupes qui combattent les groupes terroristes dans le sahel. L’autre raison c’est aussi le fait que la Côte d’Ivoire à envoyer des troupes au Mali pour lutter contre l’éradication des terroristes au Mali. Concernant la cible même de l’attaque, vous savez pour les terroristes, les cités balnéaires sont vues, comme des lieux de dépravation des meurs généralement fréquentés par les Occidentaux.

Les conséquences économiques

Comme conséquence immédiate la destination Côte d’Ivoire comme pays touristique sera surement en baisse de fréquentation. Car le phénomène du terroriste à un impacte très négative sur les secteurs de l’hôtellerie et du tourisme. Quand on sait que le pays avait bien commencé à sortir la tête de l’eau concernant l’Industrie touristique après la longue crise politico-militaire.

 Ce qu’il faut faire quelles réponses face au terroriste

Comme vous le savez dans nos pays, il n’existe pas de force antiterroriste, alors que le pays fait déjà face à des terroristes venus d’ailleurs. Ce qui veut dire qu’ils sont en avance nos systèmes sécurité actuels. Comme on le dit, la lutte contre le terrorisme, c’est le renseignement autrement dit l’intelligence. Avec les informations contradictoires ici et là pendantes et après ce tous 1re attaque. J’allais dire que les autorités ont bien intérêt d’avoir un service de renseignement à la hauteur de la menace. Afin de combattre efficacement ces terroristes par tous les moyens possibles avant qu’il ne soit trop tard.

Je ne néglige pas le travaille abattu par les forces spéciales ivoiriennes lors de cette attaque qui n’a pas nécessité l’intervention du GIGN français ou les forces antiterroristes des Américaines pour neutraliser comme ailleurs dans les pays voisins.

Terrorisme en Côte d’Ivoire d’où viens-tu ?

Au regard de tous, cela je me dis que cette histoire du terrorisme ici en Afrique de l’Ouest est directement liée à la chut de guide libyen Mouhammar Kadhafi. Une chute entraînée par ceux qu’on appelle les Occidentaux avec à la tête la France de Nickola Sarkozy.
Bon, je n’ai absolument rien contre la France et les Français, mais ce sont les faits. En dehors des responsabilités internet, si le terroriste à mit pied en Côte d’Ivoire la France à aussi une grande responsabilité du début jus qu’a la fin.

Notre plus grande crainte actuellement c’est de voir une cellule terroriste s’installer ici au pays des éléphants.